Opter pour la pratique que cela suscite, il faut néanmoins savoir choisir sa banque en ligne. Quoi de plus banal au temps où tout se fait via internet que disposer des facilités offertes par ces banques virtuelles ! Libéré des contraintes horaires et surtout libéré des divers frais de gestion de compte bancaire… tels sont leurs slogans. Un comparateur pour choisir sa banque en ligne vous propose même de comparer les banques sur la toile, en fonction de votre profil : âge, statut, banque actuelle, formules de carte bleue souhaitée, assurance des moyens de paiement, etc. (Choisir ma banque.com). Une fois le simulateur lancé, il est possible de trouver la banque la plus adaptée à ses besoins, économie réalisée garantie !

Afin de vous faire une idée plus précise des potentiels proposés par les banques en ligne, vous pouvez consulter sur internet, le top 10 des banques en ligne.

Choisir sa banque en ligne parmi l’ensemble des offres

Le marché de la banque en ligne, initié dans les années 2000 juste après le déclin du minitel, est propulsé par ING, AXA Banque et Boursorama. C’est plus tard en 2010, qu’avec l'apparition de la concurrence (Fortuneo, Bforbank, Hello Bank), la crédibilité de ce nouveau concept croît. Un des trois principaux arguments est les frais.

Avouons-le, nous avons tous une sainte-horreur, des frais exagérés de gestion de compte bancaire.

Les banques virtuelles jouent sur la transparence pour nous aider à choisir sa banque en ligne : carte bancaire gratuite, aucuns frais de tenue de compte, 0€ les commissions d’interventions, frais de virement et de prélèvement gratuits… Les cyberbanques peuvent se permettre tant de gratuité. Elles n’ont pas ou presque, de frais de personnels, ni d’investissement ou d’entretien pour une agence physique. C’est pourquoi néanmoins, elles doivent être irréprochables quant aux services d’assistance. De manière générale, ils sont de qualité largement supérieure en comparaison aux banques traditionnelles : mail, mobile, téléphone et Tchat sont au menu. Les banques en ligne, sont en fait des filiales issues d’importants groupes financiers : la Société Générale (Boursorama), le Crédit Mutuel (Fortuneo et Monabanq) ou encore ING (ING Direct). Cette circonstance atteste de la garantie que présentent ces banques en ligne. Inutile de préciser que les cyberbanques ne sont pas faites pour les anti-internet, puisque tout est piloté grâce au réseau virtuel …

Aujourd’hui, une ouverture de compte sur trois s’effectue auprès de cyberbanques ! Quel est leur réel pouvoir de séduction ?

Dématérialisation du service bancaire

Le service bancaire comme il est proposé dans une banque traditionnelle, n’est parfois pas exactement le même chez les cyberbanques. Par exemple, sachez qu’il n’est pas toujours possible d’ouvrir un livret d’épargne. Choisir sa banque en ligne peut aussi avoir des inconvénients comme l’impossibilité d’une telle souscription. Pour autant, la banque virtuelle ING Direct a dépassé le million de clients ! Il est compréhensible d’entendre cet engouement. De nos jours, le smartphone monopolise une importante fraction du temps de l’individu. Ceci justifiant en partie qu’il trouve plus pratique de pouvoir gérer sa banque via une application. Quoi de plus séduisant, quand le monde entier se met à geeker et que les banques en ligne cassent leur prix … 

Le fait est que la déshumanisation des activités s’insère doucement, mais sûrement dans presque tout ce qui nous obligeait à sortir, sourire et échanger (restaurants, shopping, banque).

Intérêts de choisir sa banque en ligne

Les frais allégés, voire gratuits, sont clairement le premier critère des clients qui rejoignent le côté obscur de la force. Une carte bleue classique est en moyenne facturée 154 euros dans une banque traditionnelle alors que le service bancaire virtuel, offre non seulement tous les services de base gratuitement (tenue de compte, retraits, virements, prélèvements, commande de chéquiers), et ne fait pas payer la carte bleue. À l’exception de Monabanq, à 2€ par mois .. En outre, la banque en ligne semble être plus conciliante avec ses clients, notamment ceux qui utilisent leur découvert autorisé … facturant dans ce cas, environ 4€ par an, contre 7 à 12€ dans une banque traditionnelle. De même, les cybers banquiers pour la plupart, ne facturent pas les frais de commission d’intervention, sauf là encore Monabanq (8€) en deçà quoi qu’il en soit d’une banque classique. Le seul service qui finalement n’est pas moins cher, c’est le service assurance « moyens de paiement ». Quoique ce service est inutile, puisque la loi protège gratuitement les débits frauduleux (article L133.18 du code monétaire et financier).

Témoignage

Il ressort des différents témoignages, qu’en moyenne un client optant pour une banque en ligne, économise 170€ par an.”

Sur l’offre d’assurance-vie, imbattables elles sont ! Les banques en ligne disposent de livrets fiscalisés rémunérés entre 0,6 et 1,4% bruts. Des taux qui ne sont pas plus intéressants que ceux pratiqués par les banques traditionnelles, mais elles se différencient grâce aux promotions dont elles font bénéficier les nouveaux clients. Portant le rendement, de 3 à 3,5% dès les premiers mois. Concernant les prêts immobiliers, là encore des points sont marqués ! Les livrets d’épargne en ligne sont très réglementés, toutefois, les banques en ligne accordent souvent des crédits à la consommation ainsi que des prêts immobiliers. Ces sociétés se vantent de pouvoir répondre à ce type de demande, même très personnalisée, en ligne ! Chez Boursorama et ING par exemple, pour un prêt s’élevant à 200.000€, les taux très respectables de 1.95% et 2.1% seront proposés (hors assurance).

Un suivi, bien rodé. Les conseillers des banques en ligne sont ultra-disponibles. En l’absence d’agences physiques, tous les moyens sont bons pour rester proches du client : téléphone, mails, tchat etc. ING Direct innove et développe même, le rendez-vous physique dans des cafés, à Paris et à Lyon. En outre, toutes les cyberbanques offrent des applis smartphone très ergonomiques, pour gérer le budget, demander conseil, consulter les comptes, faire des virements, etc. Certaines applis telles que chez Soon, vous calcule même, le « reste à dépenser ». Eu égard aux factures à venir ainsi qu’aux diverses épargnes. Chez Fortuneo cette fois, il est possible grâce à l’application de localiser le distributeur le plus proche !

Bémol de choisir sa banque en ligne

L’obstacle le plus évident dans l’accès à la banque en ligne est la condition de l’emploi. Pour garantir des prix aussi bas, les banques en ligne se paient le luxe, de trier leurs clients. ING Direct demande par exemple aux nouveaux venus, un revenu mensuel net minimal de 1.200€, pour obtenir une carte Gold gratuite. Quant à Boursorama, ce seuil s’est vu abaissé récemment à 1.000€, pour prétendre à une carte bleue classique. Les personnes qui ne répondent pas à ces critères peuvent néanmoins se réfugier chez Monabanq ou chez Soon. Cette dernière a été créée pour les jeunes actifs et étudiants par AXA, en 2013. Particularités de cette banque : unique accès via une application smartphone – opérations d’épargne impossible excepté sur un livret – seule la carte bleue classique est proposée. Par ailleurs, que fait-on des chèques lorsqu’on bénéficie d’un service bancaire virtuel ?

Dans la plupart des banques en ligne, il faut les poster pour les faire encaisser. Toutefois, chez Hello Bank et Monabanq, les déposer aux distributeurs automatiques de billets de leur groupe, est autorisé (respectivement, BNP Paribas et le Crédit Mutuel- CIC).

Concept proche de la banque en ligne

Un nouveau genre de concept fonctionne de manière quasi semblable et est 100% gratuit : « Revolut – la banque 3.0 ». Ce système fonctionne également virtuellement, via une application smartphone. Le découvert ou l’épargne y sont impossibles. À l’image d’une carte Monéo, le compte se recharge lorsqu’on y dépose des fonds. Une fois le compte épuisé, la carte bleue (virtuelle ou physique) ne fonctionne plus. Ce concept s’apparente à PayPal, mais alors quelles différences ? Il est possible d’avoir non seulement une carte bleue virtuelle (assurant plus de sécurité pour les paiements en ligne), mais aussi physique. Elle est utilisable dans le monde entier et convertit automatiquement les fonds en fonction de la devise demandée. Fini les taux d’intérêt ponctionnés par les bureaux de change ! Avant un voyage il suffit ainsi d’approvisionner son compte Revolut. L’application permet en outre de recevoir ou d’envoyer de l’argent, dans la devise de son choix.

Un mode de fonctionnement comme son l’indique, révolutionnaire… Très pratique pour les amoureux du voyage.

Pour plus de renseignements, cliquez ici