La formation des membres du comité social et économique (CSE) va remplacer progressivement, les formations jusqu’alors animées au profit des comités d’entreprise, des délégués du personnel et des membres du CHSCT. Les formations dédiées spécifiquement à l’ancienne comme à la nouvelle délégation unique du personnel ne seront pas plus utiles d’ici à 2020.

Il est donc nécessaire de proposer aux élus, une formation qui tienne compte du fonctionnement du comité social et économique.

Télécharger le programme Demander un devis

 

 

Formation CSE - Comité Social et Economique

Objectifs de la formation CSE

Ce stage est rédigé pour répondre aux obligations légales élémentaires afin d’apporter un éclairage suffisant pour débuter son mandat dans les meilleures prédispositions.

Pour en savoir plus : pourquoi suivre une formation CSE ?

A qui s’adresse-elle ?

Cette formation est idéale pour les nouveaux élus au comité social et économique. Elle est indiquée pour les anciens élus d’un comité d’entreprise ou d’une délégation unique du personnel.

Durée de la formation

La formation du comité social et économique que nous proposons se déroule sur 3 jours.

Le contenu du stage et le déroulé pédagogique de la formation au CSE reposent sur les réglementations récentes et tiennent compte des jurisprudences constantes qui ne sont pas remises en cause malgré la naissance du comité social et économique.

Structure de la formation du comité social et économique

La formation proposée est construite autour de trois grands blocs de compétences. Les élus de l’IRP (instance représentative du personne) pourront visualiser plus aisément l’articulation de l’ensemble de leurs prérogatives. Le but est d’offrir une lecture simplifiée, mais néanmoins complète des missions régulières du comité social et économique. À l’issue du stage, les élus disposeront de toutes les informations liminaires pour agir efficacement au sein de cette nouvelle instance. Ils profiteront de toute l’expertise des formateurs, rompus aux bases élémentaires du droit des représentants du personnel. Les formateurs continuent à intervenir pour répondre à des besoins de formation des comités d’entreprises, des délégations uniques du personnel et des CHSCT jusqu’en 2020. Cette double expertise leur permet de faire profiter de leur capacité d’analyse entre les instances historiques et la nouvelle, plus récente.

Point important

La formation des élus est animée par des formateurs aguerris et professionnels (juristes en droit social) aux missions des membres du comité social et économique.

Programme de la formation CSE

Le programme de la formation du comité social et économique a été découpé en 11 chapitres. Chacun de ces chapitres traite d’une problématique particulière. Ce découpage facilitera la prise en main des informations fondamentales par les apprenants.

Voici le programme de formation :

  • Mise en place du CSE et organisation de l’IRP
  • Moyens de fonctionnement : local, affichage et réunion
  • Budgets du CSE
  • Le recours aux experts du comité social et économique
  • La 1ère réunion du CSE et son ordre du jour
  • Responsabilités des élus et membres
  • Prérogatives et missions de police interne du CSE
  • La santé, l’hygiène et la sécurité des conditions de travail
  • Réunions périodiques ou exceptionnelles
  • La procédure d’information-consultation
  • Les activités sociales et culturelles au profit des salariés

Notre stage de formation écrit pour des néophytes tient compte de la densité du contenu proposé. Nous avons allégé l’usage d’un vocabulaire trop technique la plupart du temps. Dans la même veine, nous avons préféré résumer certaines informations pour en extraire l’essentiel. Ainsi, bien que l’éclairage soit large, l’apport pédagogique proposé par nos intervenants reste accessible pour des élus jamais formés. Notre ambition est d’encourager les élus à prendre rapidement leurs marques pour s’investir très vite dans leurs missions quotidiennes.

Programme détaillé

Mise en place du CSE et organisation du comité social et économique

Lors de la 1ère journée, et pour comprendre l’histoire du comité social et économique (CSE), le formateur débutera le stage par un rappel historique utile. Il est important pour les élus de connaître ce qui précéda la création du CSE. Cela les aidera à comprendre l’articulation des missions compte tenu de cet héritage historique. Ensuite, le formateur entrera dans le vif du sujet et déroulera les règles élémentaires à respecter en matière d’élection. Un point rapide, mais cependant intéressant traitera du cas du conseil d’entreprise. Puis, il sera question d’aborder schématiquement les attributions générales du comité social et économique.

L’objectif de ce premier chapitre est de visualiser rapidement les intérêts et avantages du CSE. Le formateur éveillera également les nouveaux membres au statut de salarié protégé.

Moyens de fonctionnement : local, affichage et réunion du CSE

Ce 2nd chapitre aborde ce qui constitue les moyens élémentaires de fonctionnement. Les membres élus doivent savoir comment œuvrer au sein de l’instance. Pour cela, il sera question tant des heures de délégation que des modalités de leur utilisation. Les élus connaîtront le sort réservé au temps passé en réunion du CSE y compris en réunion préparatoire. La mise en place d’un local aménagé et le droit de circuler seront également traités. Un éclairage complet et très ludique sera fait autour des questions touchant à la communication du CSE et à sa politique d’affichage. On évoquera également les notions de droit à la formation.

Budgets du CSE et autres moyens

Le comité social et économique dispose d’une autonomie importante et notamment financière. Cette instance est dotée de deux budgets distincts ; le 1er, lui permet de satisfaire à ses besoins courants (dépenses de formation, recours à des experts, abonnements juridiques divers, gestion administrative, aménagement du local…), le 2nd, sera utilisé au profit des salariés (activités sociales et culturelles). La formation éveillera les élus quant à la manière de calculer les budgets du CSE. Il sera tout autant question de gestion courante et de règles comptables. Parmi les autres moyens utiles au fonctionnement du CSE, le formateur abordera les différents registres. Le CSE doit par ailleurs rédiger un règlement intérieur ; un modèle type et une méthode seront proposés.

Ce sera l’occasion de parler explicitement de l’organisation des missions afin de régir correctement les rôles des élus.

A découvrir : Formation économique des membres du CSE

Le recours aux experts du comité social et économique

Le comité social et économique peut faire appel à des experts. Les conditions de ce recours sont très précises. La plupart de ces recours peuvent donner lieu à un co-financement. Lors de la formation CSE, tous les cas de figure seront ainsi abordés. Nous évoquerons la procédure de nomination d’un expert en vue d’une consultation ponctuelle ou d’une consultation obligatoire et les autres missions de l’expert-comptable du CSE.

La mise en place du comité social et économique

Ce chapitre abordera les règles inhérentes à la 1ère réunion du comité social et économique. Doté de la qualité de personne morale, à la mise en place du CSE, on doit désigner un secrétaire et un trésorier. Ces personnalités sont indissociables du fonctionnement de l’institution. Le formateur exposera également, les autres cas de désignation (secrétaire-adjoint, trésorier-adjoint, représentant légal, etc.). Le cas du président du CSE sera traité de même que la possible intervention des représentants syndicaux. D’autres intervenants plus ou moins occasionnels feront l’objet d’une attention toute particulière à l’image de l’Inspecteur du travail.

Responsabilités des membres et droit d’alerte

Agir au sein d’un CSE suppose de s’engager pleinement. Les risques de dérapages peuvent néanmoins entacher la mission des représentants élus. Dans ce chapitre, les points relatifs à la responsabilité des élus seront largement passés en revue. Le formateur expliquera ce qu’est un délit d’entrave et la manière de l’actionner. Les cas relatifs aux différents droits d’alerte (économique, social, etc.) feront l’objet d’un traitement tout particulier.

Prérogatives et missions de police interne du CSE

Parmi les nombreuses missions qui composent le champ de compétences du CSE, il y en a une qui est directement liée à la représentation des droits des salariés. On parle d’inapplication réglementaire. Il est donc central pour les élus de comprendre rapidement, comment agir pour porter à la connaissance de l’employeur, une réclamation. Doté d’un rôle permanent d’investigation, chaque élu doit prendre conscience sans tarder de l’importance de cette mission de terrain.

Elle se distingue par son caractère individuel, obligeant les élus à raisonner d’une façon très spécifique ; celle-ci sera amplement abordée.

La santé, l’hygiène et la sécurité des conditions de travail

Dans la même fibre, les élus devront investir tous les sujets traitant des risques professionnels et la sécurité au travail. Le formateur listera tous les risques courants auxquels peuvent être exposés les salariés d’une entreprise. Les élus devront articuler ce pan incontournable de leurs missions autour des risques psychosociaux, de la santé et sécurité et du traitement des accidents du travail et des inspections régulières. Il sera évidemment abondamment question de la notion de danger grave et imminent et à celles liées à la pénibilité et la santé au travail.

Se réunir périodiquement ou exceptionnellement

Le CSE est appelé à se réunir périodiquement selon une fréquence définie dans le code travail. Les élus peuvent toujours se réunir plus régulièrement en sollicitant la tenue d’une réunion extraordinaire. Afin que le temps passé en réunion soit profitable, le formateur soulignera l’importance de sa préparation en amont. Les points de droit comme l’ordre du jour, la convocation, le recours à l’enregistrement des réunions, et le procès-verbal seront traités. Le recours à la visioconférence fera l’objet d’une attention spécifique.

La procédure d’information-consultation

Lors des réunions, les élus seront tour à tour, soit informés soit consultés. Pour les y aider, la législation a instauré des outils procédant au succès de ces obligations légales (documentation économique et financière, base de données économiques et sociales, informations ponctuelles, etc.). L’objectif de ce chapitre est de comprendre la nature et l’utilité de ces différentes sources d’information.

De même, le déroulé d’une consultation ne tient pas du hasard et chaque étape doit être observée fidèlement.

Les activités sociales et culturelles au profit des salariés

Le stage s’achèvera sur ce dernier chapitre ; les activités sociales et culturelles. Le CSE dispose d’une compétence exclusive et riche en la matière. Faut-il déterminer quels peuvent être les bénéficiaires ? Le CSE aura pour tâche d’impulser une dynamique sociale et culturelle au sein de l’entreprise. Le formateur apportera des informations essentielles dans ce sens. Il sera aussi question de la fiscalité en matière d’activités sociales et culturelles.

Questions-réponses à propos de la formation CSE

Lors de l’organisation d’une formation à destination des élus du comité social et économique, vous vous posez des questions ? Il nous semble nécessaire de vous éclairer afin de vous aider à bien préparer ce projet.

Prix formation CSE

Le prix d’une telle formation va dépendre de plusieurs paramètres. D’une part, si celle-ci se déroule dans vos locaux, alors il convient de parler de « prix de journée » comprenant les frais d’intervention et les coûts pédagogiques. Généralement, il faut compter en Région Parisienne, environ 1130 € net de TVA par jour et par groupe d’au plus 12 apprenants. Pour la Province, il faut ajouter entre 350 € et 850 € par jour.  Pour les formations en Inter, le prix de journée se répercute par apprenant. En moyenne, il faut s’acquitter de 380 € net de TVA. Le plus intéressant reste l’Intra si vous avez au moins 4 apprenants à former en même temps.

Comment financer la formation CSE ?

Le financement des frais pédagogiques de la formation économique du CSE s’impute sur le budget de fonctionnement. Ceci diffère du financement de la formation santé, sécurité et conditions de travail (SSCT). En effet, l’employeur la finance à 100%. Pour la formation CSE, notez que le temps de formation se considère comme un congé. Cela veut dire que ce temps se prend en charge comme du temps de travail effectif. Ce congé ne se déduit pas des heures de délégation. Pour en profiter, il faut adresser votre demande d’absence au moins 30 jours avant le stage à l’employeur. Ce dernier peut se faire rembourser les frais au titre du maintien de salaire directement par son OPCO (ex- OPCA).

Une formation CSE est-elle obligatoire ?

Cette formation s’adresse à leur demande à tous les titulaires du CSE. Autrement dit, elle s’impose à l’employeur une fois la demande formulée. À défaut, nous ne pouvons pas parler de « formation obligatoire ». Toutefois, nous ne pouvons que la conseiller et de l’étendre par voie d’un accord avec l’employeur, à tous les suppléants. Il nous semble indispensable de former tous les élus du CSE. Il est nécessaire que tous les membres disposent des clés pour bien mener ses missions économiques et sociales. Ce sont les connaissances acquises au cours d’une formation qui permettent aux élus de réussir leur mandat.

Formation Intra ou Inter ?

Ici, il s’agit de raisonner prioritairement en nombre d’apprenants. Comme nous le précisons plus haut, cela va également déterminer le prix à payer. En effet, pour le cas de la formation réalisée en Intra (dans les locaux du client), le prix s’entend à la journée. Tandis qu’en Inter (dans les locaux de l’organisme de formation), le prix se calcule par jour et par apprenant. Aussi, si vous devez former moins de 3 personnes et que les élus veulent bien se déplacer, le mode Inter peut être intéressant. Le cas échéant, il faut se rabattre sur le mode Intra. Dans bien des cas, il est plus économique et permet une approche plus personnalisée de la formation.

Une formation CSE adaptée au nombre de salariés

Quelle que soit la taille de l’entreprise, il est préférable de se former. Précisons que seul un organisme agréé peut délivrer une telle formation. C’est la Direccte qui délivre l’agrément (formation économique prévu à l’article L2325-44 du Code du travail).

Moins de 50 salariés

La formation économique ne s’adresse pas à toutes les entreprises. En deçà de 50 salariés, l’offre ne prend en compte que les activités anciennement dévolues aux délégués du personnel. Durant cette formation, le formateur aborde essentiellement les points qui relèvent des réclamations des salariés.

entre 50 et 300 salariés

Nous proposons pour les entreprises de cette catégorie de salariés, deux formats possibles. Les bases élémentaires du CSE qui se déroule sur 2 jours (très bien jusqu’à 100 salariés) ou le fonctionnement du CSE – plus complet – et qui se déroule sur 3 jours. Elle vise principalement les entreprises de 100 à 300 salariés. Dans cette version plus allongée, sont abordés plus spécifiquement les points économiques (fonctionnement de l’entreprise) et les obligations en matière de BDES, d’information et de consultation.

au-delà de 300 salariés

Les enjeux économiques et sociaux au sein des plus grandes entreprises sont tels qu’il convient de former les élus. Le format de la formation économique requise est de 5 jours. Il permet de véritablement aborder toutes les facettes de la mission et des prérogatives économiques et sociales. Durant la formation, les élus peuvent ainsi aborder tant le fonctionnement du CSE que celui de l’entreprise. Pour représenter les salariés, c’est indispensable de posséder des savoirs élémentaires en la matière.

Côté Pratique

Nous proposons une formation complète pour comprendre le fonctionnement du comité social et économique. Profitez de cette formation CSE pour appréhender l’ensemble des enjeux légaux de cette nouvelle instance du personnel.

Télécharger le programme Demander un devis

 

Retrouvez tous nos articles et conseils sur le CSE