En France, la carte bancaire, appelée plus couramment « carte bleue » ou « CB », est le moyen de paiement le plus utilisé. En soi, il est le type de paiement le plus sécurisé. Certaines personnes répondront à cela que ce n’est pas vrai, car de beaucoup de cartes bleues sont piratées chaque année. En effet, la fraude à la carte bleue existe et son montant s’élève à environ 500 millions d’euros… Montant relativement important… Pourtant, cette somme exorbitante ne représente que 0,08% de paiements effectués sur les 625 milliards d’euros payés par carte (Observatoire de la sécurité des cartes paiement).

La fraude à la carte bleue est le fait d’utiliser la CB d’une personne alors que l’on n’est pas le titulaire.

Il existe plusieurs types de fraude. Il peut s’agir d’un individu se servant d’une carte perdue ou bien volée. La CB peut également être une contrefaçon d’une autre carte existante (créer une fausse carte à partir des données d’une vraie). Les fraudeurs utilisent aussi les identifiants alors même que le titulaire détient toujours sa carte (généralement suite à des paiements sur Internet). Les articles L133-17 et suivants du code monétaire et financier prévoient les modalités à suivre suite à une fraude à la carte bleue. Ils précisent également les modalités de remboursement, de responsabilité, d’opposition ; mais ça, c’est lorsqu’il est déjà trop tard…

Il n’y a pas de recette miracle pour ne jamais voir sa carte bancaire piratée ou contrefaite.

Cependant, il existe des précautions à prendre, permettant de limiter ou prévenir une fraude à la carte bleue.

Précautions de la fraude à la carte bleue pour vol

S’agissant de votre code à quatre chiffres vous permettant de procéder au paiement chez votre primeur, boucher, grande surface et autre, vous devez l’apprendre par cœur. Certains font le choix de l’inscrire dans leur téléphone. Le hic est le cas où on vous vole votre sac, le fraudeur aura toutes les données nécessaires pour s’occuper gentiment de votre compte en banque. La carte bancaire doit être en « lieu sûr ». Ne la laissez pas dans votre voiture, sur votre bureau ou sur une table au restaurant. Ce petit objet peut vite être dérobé. Dans certains commerces, généralement les restaurants, le professionnel part avec votre carte bancaire chercher le boitier de paiement. Vous lui donnez alors la possibilité de prendre, discrètement, en photo le recto-verso de votre CB, lui permettant d’acheter le dernier IPhone sur internet.

Conseil d'Expert

Il faut donc être précautionneux sans être pour autant parano. Difficile maintenant que vous vous dites « mince, mais hier je l’ai laissé partir avec ma carte pendant que je parlais avec ma femme ».

Derrière votre carte bancaire, vous avez le cryptogramme à trois chiffres. Essayez de l’apprendre par cœur et grattez-le pour ne plus qu’il soit visible. Par ce moyen, vous éviterez de la fraude à la carte bleue par paiement direct ou sur internet. Se rendre au distributeur peut aussi conduire à une fraude à la carte bleue… Certains utilisent des dispositifs (assez perfectionnés, reconnaissons-le) pour usurper vos coordonnées. Ce sont des faux claviers ou un lecteur de carte positionné sur le réel lecteur. Ils sont très difficiles à repérer. C’est pourquoi il faut privilégier des distributeurs situés à l’intérieur des banques ou les distributeurs extérieurs équipés de caméras. Au moment de la composition de votre code personnel, vérifiez autour de vous et tapez-le discrètement. Placez votre main au-dessus de celle tapant le code pour ne pas que la personne derrière puisse le voir (on ne sait jamais, ça part parfois de là).

Si vous partez à l’étranger, renseignez-vous auparavant des modalités d’utilisation de la carte bancaire.

Certains pays ne requièrent pas de taper le code pour procéder au paiement. Vous devrez alors être davantage vigilant.

Éviter une fraude à la carte bleue par Internet

Tout d’abord, tout le monde a déjà reçu un mail « fake » de la Banque Postale, de l'opérateur « Free », d’un vieux mourant vous voulant comme unique héritier. Il ne faut même pas répondre à ce type de mail. Mettez-les immédiatement en « indésirables ». Personne ne veut léguer sa fortune à un parfait inconnu (hélas), ne soyez pas dupe. Les mails de « Free » ou de la Banque Postale vous expliquent qu’un prélèvement a été refusé ou que vous êtes à découvert. Ils vous demandent poliment de rentrer vos codes secrets et là c’est trop tard, ils ont vos coordonnées bancaires. Ces mails pirates sont davantage reçus sur les boites de messagerie du type « Hotmail », mais pas seulement.

Les paiements sur Internet… Le nid de la fraude à la carte bleue !

Comment savoir si vous pouvez ou non réaliser un paiement sur un site ? Simple et rapide, regardez l’adresse de la page. Oui, les pages internet ont des « adresses ». Il s’agit tout simple du « http://jesuisl’adressedelapage ». Vous devez vérifier si, au moment du paiement et pas avant, cette adresse débute par « https:// » : il doit y avoir un « s » à la fin du « http » ainsi qu’un petit cadenas, à défaut de quoi le site ne sera pas sécurisé. Sachez que le paiement sur internet ne nécessite pas de renseigner votre code bancaire à quatre chiffres. Si on vous le demande, fuyez, c’est le début d’une fraude à la carte bleue ! Vous ordinateur peut aussi être infesté de virus permettant aux fraudeurs de hacker vos coordonnées bancaires. Ce sont des logiciels espions.

Il faut donc faire attention aux fichiers que vous téléchargez, pensez aux antivirus et nettoyez régulièrement votre ordinateur.

Les moyens renforcés contre la fraude à la carte bleue

Certains sites prévoient davantage de précautions pour éviter la fraude à la carte bleue. Il s’agit de ceux disposant du logo « 3DSecure ». Après avoir renseigné vos coordonnées de carte, la date d’expiration et le cryptogramme, une nouvelle page s’ouvrira en vous demandant le numéro d’authentification. Ce numéro est reçu par texto sur votre téléphone portable, ou bien, si votre numéro donné à la banque est celui de votre fixe, un appel téléphonique vous communiquera le code. Cela permet de renforcer l’authentification du titulaire de la carte.

Jeter un coup d’œil régulier à ses relevés de compte

Tous les mois, votre banque adorée vous adresse un relevé de compte. Vous pouvez le recevoir par mail ou en version papier par courrier. Pensez à vérifier les différentes opérations. Conserver ses tickets bancaires a donc une utilité, ils vous permettent de pointer les différents paiements ou retraits. Si vous vous apercevez que certains paiements ne proviennent pas de vous, adressez-vous directement à votre banque. Ils vous expliqueront la procédure à suivre. N’attendez pas, agissez dès que vous l’avez remarqué. Généralement, il faudra également faire opposition à votre carte (articles L113-15 et suivants du code monétaire et financier). Votre banque pourra vous demander les coordonnées de la CB. Comment faire si vous ne l’avez plus en votre possession ? Il est conseillé de conserver, à l’abri, les numéros de votre carte ainsi que la date d’expiration. Rassurez-vous, si vous ne les avez pas, la banque se débrouillera. Depuis quelques temps, la rumeur d’une carte bancaire avec un cryptogramme éphémère éveille l’attention de tous. Elle permettrait d’avoir un cryptogramme différent environ toutes les 20 minutes.

Cela permettrait de diminuer la fraude à la carte bleue même si le paiement par téléphone portable le ferait peut-être augmenter…