Le sport en entreprise se démocratise de plus en plus. Les salariés sont demandeurs et les employeurs y trouvent un certain intérêt. Le sport et le travail font désormais bon ménage. Faire du sport au travail profite tant à l’esprit d’équipe qu’à la cohésion sociale.

Mais quelles sont les activités sportives en entreprise les plus répandues ?

Le sport en entreprise permet de lutter contre la sédentarité

Proposer des cours de sport en entreprise implique un minimum d’organisation. En règle générale, l’entreprise définit un lieu en guise de salle de sport au travail. Les employeurs savent les bienfaits d’une activité physique pour leurs salariés. Il n’est pas rare que les salariés profitent de leur pause déjeuner pour s’adonner à une pratique sportive. Parmi les sports collectifs les plus en vogue, ceux en lien avec la santé mentale ont le vent en poupe. Les bienfaits du sport pour éviter l’anxiété, le stress ou la dépression sont connus.

Faut-il néanmoins pratiquer un sport adapté pour en ressentir les effets positifs sur son mental.

Quand le sport en entreprise est bénéfique pour le moral des salariés

Parmi les sports bénéfiques pour le psychisme, les cours de yoga se distinguent. La pratique régulière de ce sport favorise l’hygiène de vie des salariés. Le yoga allie tant des exercices de méditation que des exercices plus énergisants. Cette discipline peut se pratiquer facilement, car elle ne nécessite pas un équipement particulier. Un simple tapis de sol suffit. Sur le long terme, le yoga aide à lutter contre les maux de dos et renforce la tonicité du corps. Les effets positifs se font ressortir à mesure de pratiquer ce sport. Les adeptes du yoga en témoignent ; c’est un sport complet et accessible à tous les âges.

Le stretching aide notamment à se détendre pour lutter contre le stress chronique.

La pratique de ce sport s’adresse aux salariés désireux de se détendre, de se relaxer. Le cours repose en particulier sur des exercices de respiration et d’étirements. Les mouvements touchent toutes les zones du corps (cou, épaules, bras, jambes, dos…). Le but étant de relâcher toutes les tensions nerveuses. Le stretching favorise la lutte contre les troubles musculo-squelettiques. En effet, ce sport renforce particulièrement les tendons et les ligaments. Tout comme le yoga, aucun équipement n’est requis.

Conseil d'Expert

Pour se relaxer, lâcher prise, les salariés optent aussi pour des cours de Tai-chi-chuan.

Il s’agit d’un sport à la croisée des arts martiaux et des sports de relaxation. C’est une discipline sportive énergique qui repose sur le mouvement. Ceux-ci se réalisent avec précision et lenteur. Le but consiste à se reconnecter avec son corps et son mental. La gestion de la respiration est aussi primordiale. La pratique d’une activité de cette nature aiderait à réduire les maladies cardiovasculaires.

Comment favoriser la pratique du sport en entreprise ?

Afin d’éviter l’apparition de maladies chroniques ou pour limiter le surpoids, les salariés doivent faire du sport. L’inactivité est souvent pointée du doigt comme étant le dénominateur commun de nombreuses pathologies. Or, la santé physique, ne l’oublions pas, aide aussi à conserver un emploi. Pour réconcilier les salariés avec la pratique d’un sport, on peut agir de différentes manières. Il n’est pas nécessaire d’attendre la loi « sport et société » promise dans le courant du 1er semestre 2020. Les entreprises, les comités sociaux et économiques (CSE) peuvent déjà faire des propositions. Un accord d’entreprise sur la qualité de vie au travail peut mettre l’accent sur le sport en entreprise.

Aménager un espace de l’entreprise pour se consacrer au sport

L’employeur et le CSE peuvent décider d’aménager un espace de l’entreprise afin de le rendre propice au sport. L’entreprise peut investir dans des équipements sportifs et décorer le lieu pour le rendre attractif. La question des douches peut se poser. En effet, le sport fait transpirer. Il est donc impérieux de prévoir des vestiaires et des pièces d’eau en conséquence.

Conduire les salariés à faire du sport en aménageant les horaires

À défaut de proposer un lieu en entreprise pour faire du sport, il est possible de prévoir un créneau. En modulant les horaires pour y prévoir un temps réservé au sport, les salariés n’auront plus d’excuses. Il faut toutefois trouver une salle de sport non loin des bureaux. L’intérêt est double ; gain de temps pour les trajets et environnement adapté. Les salariés peuvent s’inscrire à des cours collectifs ou se rabattre sur des sports plus individuels. Une telle salle propose également toutes les commodités utiles notamment pour l’hygiène du corps.

Offrir un coupon sport pour encourager la pratique d’un sport

S’inscrire à un club de gym implique un certain budget. En offrant un coupon sport, le salarié peut financer son abonnement à moindres frais. L’employeur ou tout comité social et économique peut en proposer. Il faut juste en définir le montant afin qu’il soit intéressant pour les futurs sportifs.

Le bien-être au travail se révèle une préoccupation régulière

Ces dernières années, la question du bien-être au travail domine largement les débats. Les salariés ne veulent plus travailler dans de mauvaises conditions. Les employeurs veulent faire de leur entreprise, un lieu d’épanouissement professionnel. C’est une façon de s’assurer de la fidélité des salariés tout en préservant la santé au travail de ces derniers. Certains chiffres parlent également d’eux-mêmes. Par exemple, 14% des salariés qui pratiquent un sport en entreprise sont plus performants. Dans le même temps, on constate une diminution de l’absentéisme et des accidents de travail de l’ordre de 30%. Pour 51% des employeurs, le sport en entreprise favorise la communication entre les collaborateurs.

Cela étant dit, à peine 10% des entreprises en France proposent aux salariés de pratiquer un sport.

Le rôle du CSE en matière d’activités sportives

Tout CSE dispose d’un budget destiné à couvrir les dépenses en matière d’activités sociales et culturelles. Le sport en fait souvent partie. L’offre se décline de plusieurs façons. Il peut s’agir d’un simple remboursement d’une facture d’abonnement à un club sportif. Le CSE peut tout autant décider de donner un coupon sport ANCV. Il peut financer la venue d’un coach sportif en entreprise. De cette manière, il s’assure ainsi d’une large participation à un sport. À défaut d’une autorisation avec l’employeur, c’est le local du CSE qui fait office le temps d’une pause déjeuner, de salle de sport.

L’objectif du CSE est double. Il concourt à l’amélioration des conditions de travail tout en favorisant le lien social entre les salariés.

En conclusion, le sport s’avère lucratif pour tout le monde

Tous les acteurs de l’entreprise tirent profit des bienfaits du sport en entreprise. Les salariés sont plus apaisés et heureux. Les employeurs y voient un bon moyen de resserrer les liens entre eux. Les nouvelles générations sont adeptes de toutes ces activités qui permettent de respirer au travail. C’est bon pour le moral, la concentration et la vigilance. Cela permet également de faire des économies. En effet, les salariés sont moins absents et plus productifs. Pour les entreprises, il y a également moins de tensions palpables. Indirectement, cela se traduit par un bon climat social favorable à la performance. Dans la durée, les salariés seront moins exposés aux maladies comme l’obésité, l’hypertension.

Question

Alors, qu’attendez-vous pour faire du sport au travail ?